Nouveautés

0028ELE-PJ-JSLO-1DC

Paru le:  23-06-2018

Editeur:  Les éditions Libre Echange

Isbn:  979-10-93166-28-5

Ean:  9791093166285

Prix:  25 €

Caractéristiques: 
434 pages

Genre:  Littérature générale

Thème:  Littérature générale

Thèmes associés: 

0028ELE-PJ-JSLO-4DC

Jules Simon, le libéral oublié

(1814‑1896)

Philippe Jaunet

Ces mots, qu’on appelle les grands mots […], il ne faut pas croire qu’ils soient, aujourd’hui, moins signifants que jadis.

Philippe-jaunet-NB

Juriste en droit public, Philippe Jaunet est passionné d’histoire.
Convaincu, avec le maréchal Foch, que «les peuples ne perdent la vie que lorsqu’ils ont perdu la mémoire», il aime à faire revivre sous sa plume les grandes figures du passé dont le message lui semble toujours d’actualité.

Jules Simon est né à Lorient le 27 décembre 1814.
Précisons d’emblée, pour les gens attachés aux faits positifs, qu’il s’appelait, de son vrai nom: François-Jules Suisse. S’il fut amené à changer de patronyme, ce n’est pas en raison d’une de ces coquetteries d’écrivain qui, jugeant par trop commun de s’appeler Poquelin, Arouet ou Caron, préfèrent se donner un nom à leur mesure, devenant, du même coup, Molière, Voltaire ou Beaumarchais. Rien de tel ici: si Jules Simon s’est fait appeler Jules Simon, c’est, plus prosaïquement, parce que c’est sous ce nom-là qu’on le désignait étant enfant. Ses frères et sœurs eux-mêmes n’étaient connus que sous le nom de Simon, et ce pour une bonne raison: le père de Jules Simon, Alexandre-Simon Suisse, était connu dans tout le pays comme «le père Simon.»

Le nom de Jules Simon semble être aujourd’hui tombé dans l’oubli. Il est pourtant peu d’hommes qui puissent se targuer d’avoir eu une existence aussi riche que la sienne!
Philosophe et moraliste, Jules Simon fut d’abord et avant tout un théoricien de la liberté dont l’œuvre, fort célèbre en son temps, joua un rôle central dans la diffusion des idées libérales.
Son influence, toutefois, ne s’arrête pas là. Loin de s’être cantonné aux études spéculatives, Jules Simon, qui entendait donner vie aux droits individuels qu’il chérissait par-dessus tout, décida très tôt de s’engager en politique. C’est ainsi qu’il fut associé, comme acteur ou comme témoin, aux principaux évènements que connut la France au XIXe siècle.
Candidat du parti libéral à la fn de la Monarchie de Juillet, Jules Simon entra à l’Assemblée en 1848. Fervent soutien du régime parlementaire, il fut l’un des adversaires les plus résolus au coup d’État du 2 décembre 1851. Chef de fle de l’opposition à l’Empire, il fut appelé au pouvoir après la défaite de Sedan. Membre éminent de l’Assemblée de 1871, plusieurs fois ministre, il contribua, par son action féconde, au triomphe de ce qui allait devenir la Troisième République. Mais cette victoire n’impliquait aucun compromis ; et quand, sous l’influence de la gauche radicale, le gouvernement mena une politique anticléricale, Jules Simon n’hésita pas à se détacher de ses anciens amis au nom de la liberté de conscience. 

Jusqu’à sa mort, ce libéral intransigeant resta fdèle à son idéal, résumé par lui dans cette formule limpide: «Dieu, Patrie, Liberté.»

NouveautésIntemporelJules Simon, le libéral oublié