Nouveautés

1dc-mf-pee-couv-site.jpg

Paru le:  19-07-2016

Editeur:  Les éditions Libre Echange

Isbn:  979-10-9316-605-6

Ean:  9791093166056

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
276 pages

Genre:  Essai

Thème:  Sciences économiques

Thèmes associés: 

Préface :
Alain Madelin

4dc-mf-pee-couv-site.jpg

Propos écologiquement incorrects Tome1

Max Falque

"Une des caractéristiques du mouvement écologiste moderne est sa détestation du recours au droit privé pour la protection de l’environnement" (Richard Eptein)

0010ele-mf-pei2-photonbok

Max Falque - Juriste et économiste, diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (Sciences Po), est consultant international en politique environnementale depuis le début des années 1970, après que la Ford Foundation lui ait attribué une bourse de recherche à l'Université de Pennsylvanie. Il a publié de nombreux articles, rapports et ouvrages sur la prise en compte de l'environnement dans les décisions d'aménagement du territoire (planification écologique et études d'impact) et sur la mise en oeuvre des politiques environnementales libérales en faisant appel aux droits de propriété et aux instruments économiques dans le respect des libertés individuelles.

Si Adam Smith avait bien observé que la « Richesse des Nations » était fondée sur le rôle de la « main invisible » il ne pouvait prévoir que le Président Clinton et son Vice Président Al Gore, , deux siècles plus tard reconnaitraient que « cette main invisible a aussi un pouce vert » ! Ces textes ouvrent des perspectives pour une nouvelle politique environnementale plus efficace et moins couteuses tant il est vrai que la folie réglementaire non seulement appauvrit les entreprises, les collectivités locales et, in fine, les citoyens mais encore constitue une menace pour la Liberté.

Ce premier tome réunit 10 articles publiés par Max Falque entre 1975 et 2003 dans divers ouvrages et revues. Ces textes ont pour fil directeur le rôle central des droits de propriété et de l’échange comme complément et/ou alternative à l’indispensable règlementation publique. Ils prennent en compte les recherches de Ronald Coase, Garrett Hardin, Elinor Ostrom (prix Nobel d’Economie 2009), Hernando De Soto et illustrent la devise de l’ICREI « L’imagination juridique et économique au service de l’environnement » En fait, notamment en France, l’idolâtrie de l’état centralisé technocratique et la culture socialiste voire marxiste, se combinent pour rejeter les solutions fondées les droits de propriété privée et de l’échange notamment pour les ressources environnementales réputées biens public pour lesquelles seules la réglementation et/ou l’appropriation publique pourraient contrecarrer les externalités négatives.

NouveautésIntemporelPropos écologiquement incorrects Tome1