CollectionsHabeas CorpusContrôle de soi

Les collections Libréchange

033ELE-EMTP-CSE-1dc

Paru le:  30-06-2018

Editeur:  Les éditions Libre Echange

Isbn:  979-10-93166-33-9

Ean:  9791093166339

Prix:  22 €

Caractéristiques: 
352 pages

Genre:  Littérature générale

Thème:  Littérature générale

Thèmes associés: 

033ELE-EMTP-CSE

Contrôle de soi

ou contrôle de l'Etat...?

Tom G. Palmer

Les institutions sont ces règles sociales qui nous permettent de nous coordonner, nous les hommes, à travers ce gigantesque nœud d’échanges fondés sur la division du travail et de la connaissance et croissant de manière organique.

Tom-G.-Palmer_NB

Tom G. Palmer est le vice-président exécutif des programmes internationaux de l’AtlasNetwork où il travaille avec un réseau de plus de 450 think tanks œuvrant tout autour de la planète pour faire progresser les idées de la liberté. Dr Palmer est Senior Fellow de l’institut Cato à Washington DC, où il a été vice président des programmes internationaux et directeur du Centre de la Promotion des Droits de l’Homme.

La liberté suppose des conditions. Une première condition a été amplement défrichée depuis quelques décennies. Certaines théories économiques avaient en effet développé le mythe de marchés parfaits par exemple légitimant l’idée d’un libéralisme économique fonctionnant dans une espèce de vide institutionnel, un monde peuplé d’atomes libres, individualistes et a-sociaux. La réalité est au contraire qu’une première condition de la liberté est un cadre institutionnel solide, notamment celui de l’état de droit. La renaissance, dans les années 70, d’une analyse économique au croisement de l’histoire et de la sociologie a permis de développer ce champ absolument essentiel qu’est l’économie des institutions.

L’avancée de la civilisation humaine est allée de pair avec un accroissement du contrôle de soi chez les individus. Ce contrôle de soi s’est révélé être une condition cruciale de la vie sociale des humains. L’échange et la prospérité, la paix et la tolérance ne seraient pas envisageables sans lui. Cette capacité fondamentale des humains à l’autorégulation est profondément liée aux notions de liberté et de responsabilité. Le humains civilisés sont des êtres libres et responsables – pas des atomes asociaux mais bien des agents sociaux qui se coordonnent avec les autres pour également produire diverses formes de régulation sociale dans leurs projets en commun.
Or, la montée de l’État-nounou, c’est à dire du contrôle de l’État sur les individus et les communautés, ne peut-elle avoir d’effet sur le contrôle de soi ? Sur la liberté et la responsabilité ? Les régulations sociales naturelles peuvent-elles persister face aux « réglementations » de plus en plus étendues ? À trop vouloir protéger n’a-t-on pas infantilisé ? A trop vouloir régenter n’a-t-on pas créé le désordre social – en cassant la condition fondamentale de l’harmonie sociale : le contrôle de soi ? Cet ouvrage fait le lien entre la science naissante du contrôle de soi et la philosophie de la liberté et de la responsabilité, afin d’offrir des réflexions pouvant servir à une vie personnelle et sociale plus accomplie, ainsi qu’à une société plus civilisée.